RECIF s’associe à l’Agence Parisienne du Climat pour dire adieu au fioul !

Les parisiens habitant des copropriétés chauffées au fioul ont reçu fin août un courrier de Célia Blauel, maire-adjointe chargée des questions environnementales, les incitant à dire adieu au fioul et à envisager une rénovation énergétique de leur immeuble. Au total ce sont près de 25 000 logements qui sont concernés.

Les parisiens habitant des copropriétés chauffées au fioul ont reçu à la fin août un courrier de Célia Blauel, maire-adjointe chargée des questions environnementales, les incitant à dire adieu au fioul et à envisager une rénovation énergétique de leur immeuble. Au total ce sont près de 25 000 logements parisiens qui sont concernés par cette campagne, organisée dans le cadre du programme RECIF

Le fioul est une source d’énergie coûteuse (en moyenne le prix du kWh est 16 % plus élevé que celui du gaz naturel) et à cela il faut ajouter les frais d’entretien de la chaudière souvent onéreux ! Surtout, le fioul a un fort impact environnemental, émettant des polluants néfastes pour la santé : des particules fines, de l’oxyde d’azote, du dioxyde de souffre… Ces émissions ont une conséquence directe sur la qualité de l’air des immeubles chauffées au fioul (air pollué et mauvaises odeurs) mais aussi sur la qualité de l’air de la ville. Le chauffage au fioul est responsable de 10 % des émissions résidentielles de Nox à Paris. L’Agence Parisienne du Climat estime qu’abandonner la chaudière au fioul, c’est opter pour une dépense en énergie maitrisée et réaliser jusqu’à 30 % d’économies de chauffage !

D’autres solutions de chauffage existent : le raccordement au réseau de chauffage urbain, dont le mix énergétique est composé à 50 % d’énergies renouvelables ou de récupération, ou le raccordement au gaz naturel.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’étude « Etat des lieux du parc de copropriétés chauffées au fioul à Paris » (2019) réalisée par l’Agence Parisienne du Climat ici : https://bit.ly/2KEma8k

Cette campagne de courriers a été menée dans le cadre du programme RECIF porté par Ile-de-France Energies, en partenariat avec l’Agence Parisienne du Climat.